Crédit photo : Capucine de Chocqueuse.jpg

(English version below)

 

Né dans une famille de musiciens, après des études littéraires à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, la mezzo-soprano franco-germano-suisse Belinda Kunz, étudie le chant auprès d’Ivan Geissler, Raina Kabaivanska, Evelyne Brunner et Carlos Chausson. Elle reçoit également lors d’une Master-Class, les conseils de Ludovic Tézier à l'Opéra National de Lorraine.


Sur scène, elle interprète les rôles de Cherubino (Nozze di Figaro), la Seconde Dame (Die Zauberflöte), Dorabella (Cosi fan Tutte), le Prince Orlofsky (Die Fledermaus), le rôle-titre de Carmen ou encore celui de la Grande Duchesse de Gerolstein avec la Compagnie Opéra autrement. Elle chante également le rôle d’Olympe (Olympe la rebelle d’Isabelle Aboulker) avec l’orchestre Symphonique de Mulhouse sous la direction de Laurent Comte et celui d’Endymion (Diana oder sich rächende Cupido de Keiser) sous la direction de Martin Gester (Génération Baroque).


En concert, elle interprète l’alto solo du Stabat Mater de Dvorak avec l’Ensemble vocal de Strasbourg sous la direction de Christian Uhlmann, l’Alto solo de la Petite Messe Solennelle de Rossini avec le Chœur Philharmonique de Strasbourg sous la direction de Catherine Bolzinger.


Elle se produit très régulièrement en récital dans le répertoire de la Mélodie et du Lied avec le pianiste Jean-Dominique Burroni, de l'Opéra de paris, avec lequel elle vient d'enregistrer le Voyage d’Hiver de Franz Schubert, et avec le pianiste Valentin Mansard.


Elle a créé plusieurs spectacles, Voix en Miroir en collaboration avec la poétesse Irina Breitenstein (2013-14), ou encore Un Mundo Raro pour voix, violoncelle et guitare jazz, qui a reçu le soutien des Musiques Éclatées à Strasbourg et du Conseil Général de la Côte d’Or.


Parmi ses projets, un récital de lieders de Brahms et de Mahler dans le cadre du Festival Vibration(s) avec le pianiste Valentin Mansard, Un Mundo Raro à l'Iliade à Illkirch Graffenstaden, l’Alto solo de la 9eme Symphonie de Beethoven avec le Chœur Philharmonique de Strasbourg sous la direction de Catherine Bolzinger.

--- English version ---

Born into a family of musicians, after studying literature at the Ecole Normale Supérieure in Lyon, the Franco-German-Swiss mezzo-soprano Belinda Kunz recieved her musical and singing education with Ivan Geissler, Raina Kabaivanska, Evelyne Brunner and Carlos Chausson. She also received advice from Ludovic Tézier during a master class at the Opéra National de Lorraine.

On stage, she has performed the roles of Cherubino (Nozze di Figaro), the Second Lady (Die Zauberflöte), Dorabella (Cosi fan Tutte), Prince Orlofsky (Die Fledermaus), the title role in Carmen and the Grand Duchess of Gerolstein with the Compagnie Opéra autrement. She also sings the role of Olympe (Olympe la rebelle by Isabelle Aboulker) with the Orchestre Symphonique de Mulhouse under the baton of Laurent Comte and that of Endymion (Diana oder sich rächende Cupido by Keiser) under the baton of Martin Gester (Génération Baroque).

In concert, she performed the Alto Solo in Dvorak's Stabat Mater with the Ensemble vocal de Strasbourg under the baton of Christian Uhlmann, the Alto Solo in Rossini's Petite Messe Solennelle with the Choeur Philharmonique de Strasbourg under the baton of Catherine Bolzinger.

She regularly performs in recital in the Song and Lied repertoire with the pianist Jean-Dominique Burroni, from the Paris Opera, with whom she has just recorded Franz Schubert's Winter Journey, as well as with the pianist Valentin Mansard.

She has created several programmes, such as Voix en Miroir in collaboration with the poet Irina Breitenstein, and Un Mundo Raro for voice, cello and jazz guitar, which was supported by Musiques Éclatées in Strasbourg and the Conseil Général de la Côte d'Or.

Among her projects, a recital of Lieder by Brahms and Mahler during the Vibration(s) Festival with the pianist Valentin Mansard, Un Mundo Raro at L'Iliade in Illkirch Graffenstaden, the Alto solo in Beethoven's 9th Symphony with the Choeur Philharmonique de Strasbourg conducted by Catherine Bolzinger.